Les données 2015 de l’Institut du Vin placent la Suisse au 28ème rang mondial pour la production de vin, soit 0,35 % de la production mondiale. En 2016, elle a produit 108 millions de litres, exportés à seulement un peu plus de 1% : le vin suisse n’est trouvable que sur place.

Vignoble suisse ouvert sur le Léman

Un tiers des vins consommés en Suisse sont produits dans le pays, le restant est importé. Selon Henry Grosjean des Caves du Château d’Auvernier à Neuchâtel, l’un des principaux défis de la viticulture suisse est de « se faire connaître » et de rendre les vins suisses plus accessibles au monde extérieur. Les organismes Swiss Wine Promotion et GastroSuisse développent un projet intitulé Swiss Wine Campus qui propose de rencontrer des viticulteurs helvétiques, d’apprendre à consommer et de passer des examens reconnus par la profession.

Grosjean reconnaît qu’il est fréquent­­ chez les professionnels du négoce et de la restauration de recommander des vins étrangers plutôt que nationaux : « le but des vignerons suisses n’est pas de remplacer au restaurant ou chez le caviste un vin suisse par un autre vin suisse mais d’élargir leur visibilité en simplifiant l’accès au consommateurs, » commente-t-il. « Les amateurs doivent regagner confiance dans le vin suisse, les jeunes consommateurs s’identifier au vin de leur pays, et les viticulteurs écouter les consommateurs et s’adapter à leurs attentes. »