MACRON CONTRE TOUT DURCISSEMENT DE LA LOI ÉVIN

LE POINT 24/02/2018  09:45 (Source AFP)

« Tant que je serai Président, il n’y aura pas d’amendement pour durcir la loi Évin » a assuré le chef de l’État, précisant qu’il boit du vin le midi et le soir.

© Dominique Faget

« Je crois beaucoup à la formule de Pompidou : n’emmerdez pas les Français ! », a-t-il indiqué à des journalistes de la presse régionale en marge d’une rencontre avec des agriculteurs.

« Il y a un fléau de santé publique quand la jeunesse se soûle à vitesse accélérée avec des alcools forts ou de la bière, mais ce n’est pas avec le vin », ajoute Emmanuel Macron qui  inaugure aujourd’hui le Salon de l’agriculture.

Voir http://www.mtonvin.net/2017/05/10/un-president-qui-sait-deguster-enfin/

LE SANCERRE ROUGE EN ASCENSION

Lors du Concours des LIGERS (Vins de Loire), le jury dont je faisais partie avait à noter des Chinon rosés 2017 (cabernet franc) et des Sancerre rouges 2016 (pinot noir).

Les Chinon rosés sont de mieux en mieux faits et les 2017 que nous avons goûtés se situent parmi les bons vins de Loire, caractérisés par leur jolie couleur, leur fruit discret et leur fraîcheur.
Retenez ceux du Domaine de la Haute Olive, du Logis de la Bouchardière tous deux de Serge et Bruno Sourdais à Cravant-les-Coteaux; et le Rose de saignée de Charles Pain à Panzoult : nous leur avons attribué à chacun une médaille d’or.

Les Sancerre rouges considérés il y a peu encore comme un peu exotiques ou de fantaisie, se sont considérablement améliorés et le millésime 2016 nous est apparu exceptionnel.
Le rouge n’occupe encore qu’environ 1/7 de la production de Sancerre (21 000 hl pour 143 000 hl de blanc en 2016), mais les surfaces s’étendent.
Ce qui nous a frappé c’est la puissance des 2016, leur belle robe assez foncée, leur équilibre et leur caractère assez aéré, leur générosité aromatique et tannique, leur tendresse et leur finale fine et souvent soyeuse. Voilà de vrais vins, bien constitués, amples, déjà ronds et d’une garde de 5 à 10 ans.

Nous avons pensé le plus grand bien des suivants :
Les Pierris de Roger Champault à Crézancy (médaille de bronze);
— les domaines Daniel Reverdy à Verdigny et La Gemière à Crézancy (argent);
— les deux présentés par Roger et Didier Raimbault à Verdigny, dont un de vieilles vignes, et le Tradition du Domaine Olivier Foucher à Sainte-Gemme (médailles d’or), ce dernier déjà Liger d’or en 2016.

Les trois jurés — un œnologue, un viticulteur de Saint-Nicolas-de-Bourgueil (Au Milieu des Vignes, lui-même médaillé Liger) et votre serviteur, ont été surpris autant qu’impressionnés par le niveau de qualité des seize échantillons proposés. Déjà présent dans la concert des sumptuous reds de Loire, le Sancerre rouge fait maintenant partie des sumptuous reds tout court.

Prix variables de 10 à 25 €.

Concours des Ligers, 4 février 2018, Salon des Vins de Loire, Angers.
Note sur 20, répartie entre robe (/3), nez (/6), bouche (/8) et harmonie (/3).

QUATRE VIN(GT)S

RUCADA, VOUS VOUS SOUVENEZ ?

D’après MARIE LOUISE BANYOLS pour le blog LES 5 DU VIN

Ceux qui assistaient à MUSICA VINI le 10 septembre 2016, et qui ont pu déguster le vin conjugué au jazz manouche de la chanteuse Lucy Dixon au 3ème concert vont se souvenir de ce vin catalan. Le viticulteur DIEGO SOTO, qu’il en soit à nouveau remercié, avait traversé la France pour venir nous faire goûter son RUCADA.  Voilà in extenso l’article que lui consacre ce matin Marie-Louise Banyols.

RUCADA c’est le nom catalan du vin, qui veut dire ânerie en français et comme vous allez le voir, ça n’est pas neutre ! Il est originaire de l’Empordà (Costa Brava), plus précisément de Selva de Mar (ci-dessus). C’est un 2015 et il vient du MAS ESTELA.

mas estela

La bouteille m’a été offerte par mon ami, Didier Soto (Diego pour les intimes, ci-dessous) propriétaire du domaine et vieille connaissance, puisque, si ma mémoire est bonne, je crois que c’est un des premiers « cellers » que j’ai visité en arrivant en Espagne.

J’avais référencé ses vins, non pas à cause du paysage qui est à couper le souffle, ni à cause de la forte personnalité de Diego, mais tout simplement parce qu’ils m’avaient parlé. J’étais convaincue qu’à défaut d’être ce qu’on appelle « commerciaux », ils étaient dotés d’une forte identité, à côté de laquelle je ne pouvais ni ne devais passer.

Comme je le prévoyais, ils n’ont pas été faciles à vendre, mais les amateurs de vins de caractère étaient aux anges. Ils avaient compris que ces flacons ne pouvaient se boire dans leur jeunesse, il fallait avoir la patience de les attendre. Pour saisir le style des vins de Mas Estela, il faut savoir que cette propriété est située dans le Parc naturel du Cap Creus, à 3 km de la mer, là où les éléments se déchaînent !

AH ! L’IVRESSE… MAIS LE VIN ?

D’après la newsletter de BOOKS, 11 décembre 2017

BOOKS s’intéresse à l’ivresse, le petit (ou gros) bout de la lorgnette d’un n° spécial sur le vin dans la littérature du monde entier, proposé par nous au directeur Olivier Postel-Vinay il y a plusieurs mois : l’ivresse, une manière d’introduction au vin ?

« Aux alentours de 9000 avant J-C, nous avons inventé l’agriculture  pour pouvoir nous soûler régulièrement », nous apprend Mark Forsyth dans A Short History of Drunkenness. Cet auteur britannique connu pour ses ouvrages consacrés à l’étymologie, s’intéresse dans son dernier livre à l’histoire de l’ivresse à travers les âges et les civilisations, du Néolithique à la Prohibition.

Selon Forsyth, les Grecs méprisaient les buveurs de bière et préféraient le vin, tandis que les Russes étaient tellement attachés à la vodka, dont la décision du tsar Nicolas II de l’interdire en 1914 précipita la chute. Le cœur de la théorie de Forsyth est que « l’ivresse n’a pas été recherchée par l’humanité seulement pour le plaisir ou l’évasion, mais aussi dans une authentique visée spirituelle », analyse Christopher Hart dans The Sunday Times. À l’image des Égyptiens qui célébraient la déesse de la fertilité, Hathor, lors d’un festival de l’ivresse où la boisson était censée rapprocher les convives de la divinité. D’autres comme le philosophe William James, voyaient dans l’alcool un moyen d’élargir leur conscience mystique. Quant à Benjamin Franklin, aucun doute pour lui, l’existence du vin est « la preuve que Dieu nous aime, et qu’Il aime nous voir heureux ».

A lire aussi dans Books: L’alcool a fait l’Amérique, février 2016.

A Short History of Drunkenness par Mark Forsyth, Viking 2017.

 

CHAUD ET FROID À MUSICA VINI

SALLY DEVIN — Photos : Jérôme Flament, Pauline Berger, X

Il y a bientôt un mois la 5ème édition du Musica Vini s’est tenue au Logis de La Barrière à Epineux-le-Seguin, à 4 km du château de Linières à Ballée, là où elle était prévue et que des problèmes techniques de dernière minute ont contraint à délaisser. Quatre jours pour se réorganiser, l’équipe du festival malgré le froid a eu chaud. Et d’autres péripéties l’attendaient !

 

FROID EN EFFET ces quatre jours-là jusqu’à l’après-midi du samedi 9 septembre, froid et pluvieux, décourageant pas mal d’habitués et de nouveaux adeptes qui appelaient pour annuler leur réservation, craignant la tempête.
Les doigts un peu gourds au début, le magistral Eric Levionnois a fait sonner son violoncelle comme seul il sait le faire, corps et âme. L’alto de son épouse Hélène a dialogué avec dynamisme, précision et malice sur Mozart, Bartok, Lutoslawski : chaque morceau était dédié aux étapes successives de la dégustation (robe, nez, bouche, longueur) du saumur rouge Eolithe 2015 du château ‘Fosse Sèche’ présenté par son vigneron, Guillaume Pire.
BRILLANTE CONJUGAISON DU DUO (ci-dessus) valorisant pleinement la musique, qui résonnait avec une force augmentée, autant que le vin, qui révélait ses facettes — pureté austère, finesse, longueur toute en suspension.

SAVOIR ATTENDRE LE TRÉBIAC 2015

COMMUNIQUÉ

Quelques acheteurs de la cuvée spéciale Mmmm… ton vin ! n°5, le château Trébiac 2015, ont été surpris par son aspect encore « fermé ». Nous l’avons une fois encore re-regoûté tout récemment pour constater que sa mise en bouteille en avril l’a quelque peu contraint.

Souvenons-nous que 2015 est un millésime puissant, tannique, déjà constitué. Pour être agréable aux acheteurs de la cuvée spéciale n°5 Mtonvin , le propriétaire de Château Trébiac, Arnaud de Butler, a procédé à une mise en bouteille en avance sur celle de l’ensemble de ses cuves, qu’il va prochainement réaliser en septembre.

Absolument aucun doute sur son épanouissement mais plutôt que de l’ouvrir tout de suite, notre conseil est de patienter au minimum jusqu’à la Toussaint, encore mieux à Noël.

ET SI TU AVAIS LE MEILLEUR VIN DE L’ANNÉE ?

DANIEL J. BERGER

Bientôt les vendanges, elles seront en avance  de quinze jours dit Arnaud de Butler, le propriétaire du château Trébiac dans les Graves, dont le 2015 a récemment été raflé à 12 000 exemplaires par 150 amateurs  du cercle ‘Mtonvin’ (sa consigne à ceux qui le trouvent un peu fermé est de l’attendre au moins jusqu’à septembre).
Les vignerons de l’hémisphère nord commencent à se demander quel va être le bon moment, le meilleur moment, pour aller cueillir le raisin. Jean Giono a écrit quelques pages sur ce moment rituel. * Voici un passage du petit vin de Prébois. **

Quand donc le beau temps se prolonge loin dans la saison nous surveillons le mûrissement de nos raisins. Les quatre villages sont dispersés autour de notre petit quartier de vignobles. De Saint-Maurice et de Lalley on voit les vignes. Il suffit de sortir sur le pas de la porte, de se mettre la main en visière sur les yeux et on juge d’abord à la couleur des feuilles, qu’on voit de loin. Prébois qui est sur le plateau au-dessus de l’Ébron  vient se pencher sur la pente et regarde comme nous. Quant à Tréminis, qui est enfoncé dans la vallée jusque sous le Ferrand, il faut qu’il vienne jusqu’au débouché, et de là, lui aussi, il regarde. Puis chacun s’en retourne chez soi et nous, Lalley ou Saint- Maurice, nous rentrons dans nos maisons et on discute le coup.

Est-ce qu’il va faire beau encore longtemps ? Est-ce qu’on ne risque pas de tomber tout d’un coup dans la neige ? Les femmes disent : « n’attendons pas ». Nous disons : « attendons un peu ». Le bon du vin est en balance. Certes la sagesse serait de profiter aujourd’hui même du bon soleil pour aller faire la vendange. Raisin rentré, qu’il vente, qu’il neige, il serait rentré…

MUSICA VINI LE 9 SEPTEMBRE : DES VINS ET DES HOMMES

COMMUNIQUÉ (Révisé le 4.9.17)

La 5ème édition du festival MUSICA VINI, suite de performances musicales inspirées par la dégustation de vin, se tiendra le samedi 9 septembre de 15 h à 19h au Logis de La Barrière à Epineux-le-Seguin (et non à Linières comme indiqué sur l’affiche) en sud Mayenne. Le titre retenu est cette année « Des vins et des hommes », car il s’agit d’une distribution entièrement masculine, vin comme musique.

Le festival 2017 réunira des interprètes de musique classique, de flamenco et des jazzmen.
Les vins successivement conjugués proviennent d’Anjou, de Saumur et de Bordeaux.

 

Musica Vini c’est d’abord un spectacle; c’est une initiation aussi, avec juste ce qu’il faut de pédagogie de la part des vignerons venus sur scène présenter leur vin; et c’est surtout une fête à laquelle le public participe avec enthousiasme et sans modération.

PROGRAMME

— Ensemble ERIC LEVIONNOIS premier violoncelle “super-soliste” de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, qui interprétera des morceaux du répertoire classique en correspondance avec le Saumur blanc Arcane 2015 du château FOSSE SÈCHE à Brossay (Maine-et-Loire).

— Duo père-fils PEDRO SOLER GASPAR CLAUS le premier à la guitare flamenco, le second au violoncelle, sur le vin de Loire rouge Billes de roche 2015 de MÉLARIC à Puy-Notre-Dame (Maine-et-Loire).

— Grand orchestre de jazz BIG BAND SUD MAYENNE, 18 musiciens jouant dans le style Count Basie, sur un Graves de Bordeaux rouge du château TRÉBIAC 2014 des VIGNOBLES ARNAUD de BUTLER à Portets (Gironde).

— Spectacle surprise du COLLECTIF SIN~ qui clôturera le dîner.

Information : musicavini.fr
Contact : 06 2212 3237 et contact@musicavini.fr

À  SUIVRE…

Le festival Musica Vini est un exercice de conjugaison entre prestations musicales et dégustations de vins.
Les participants — musiciens, vignerons et public —, se retrouvent pour trois concerts-dégustations à l’unisson d’un vin différent qui inspire chacune des séquences musicales.
Spectacle original et indépendant,
Musica Vini est sous sa forme actuelle une première à ce jour.

Musica Vini est soutenu par les municipalités et communautés de communes de Meslay-du-Maine Grez-en-Bouère et de Sablé-sur-Sarthe, par Ouest-France, France Bleu Mayenne, Qobuz, et par le Cercle des Amis de Musica Vini : Crédit Mutuel, Entreprise Derval, ElecEau, MTMO, Inter Réception, Hôtel Le Saint-Martin, Arc en ciel, Librairie Corneille, …

CET ÉTÉ À CHINON

COMMUNIQUÉ
du syndicat des Vins de Chinon annonçant les dégustations organisées tout l’été dans l’enceinte du château…

 La Tour de l’Horloge, au Château de Chinon

Forteresse royale et AOC Chinon, l’histoire en partage

Que peuvent avoir en commun la forteresse royale et les vins de Chinon ? Si la pierre tendre de tuffeau a permis de batir les plus beaux chateaux de la Loire, elle est aussi celle qui donne aux vins de Chinon un certain caractère. Un sous-sol et une histoire en héritage qui montrent que l’architecture et le vin sont bien affaire de patrimoine*. Un patrimoine vivant que les vignerons de Chinon partagent volontiers avec les visiteurs partis à l’assaut de la forteresse, chaque jeudi de l’été.

9 jeudis, 9 vignerons pour découvrir les vins de Chinon avec ceux qui les font !

Du 13 juillet au 7 septembre 2017, chaque jeudi après-midi à la forteresse royale de Chinon

A l’image du Val de Loire, Chinon produit des vins raffinés, élégants, parfois aussi puissants que sa forteresse ! Une richesse que l’AOC Chinon propose de faire découvrir aux visiteurs pendant 9 jeudis avec 9 vignerons de Chinon qui se relaient autour de dégustations et d’échanges.

Une façon de mieux appréhender un territoire avec ceux qui le font : rencontrer un vigneron, c’est toujours une aventure privilégiée ; un échange aussi fructifère que les cépages Cabernet Franc ou Chenin donnent une gamme variée de vins rouge, rosé ou blanc friands, légers ou au contraire structurés selon l’empreinte que le vigneron a voulu leur donner.

Déguster du Chinon depuis la forteresse, c’est aussi, fouler les terres des rois Charles VII, Henri II Plantagenêt et aiguiser son palais dans un cadre royal, faire un premier pas vers l’esprit, si vivant, de la « Rabelaisie » en embrassant une vue à couper le souffle sur la ville et les paysages tant chéris par Rabelais, ce géant chinonnais humaniste qui marqua à jamais ses nombreux héritiers littéraires.

Boire du Chinon à la source, c’est enfin permettre aux 173 vignerons de l’appellation, de récolter pleinement le fruit de leur travail, de participer à une économie réelle et vivante qui emploie près de 800 personnes sur le chinonnais et de maintenir 2400 hectares en production viticole.

* Reconnaissance du Sénat en 2014 : « le vin, produit de la vigne, et les terroirs viticoles font partie du patrimoine culturel, gastronomique et paysager de la France ».

Informations pratiques : Syndicat des Vins de Chinon tél. 02 47 93 30 44
Dégustation gratuite et vente des vins sur place et gourmandises dans l’enceinte de la forteresse
Droit d’entrée : plein tarif : 8,5 € / Tarif réduit : 6,5 € / Gratuit : enfant – 7ans 

Next Page