WHY YOU SHOULD BE DRINKING WEIRD WINES
By JASON WILSON | The New York Times | May 26, 2018

In recent years, you may have noticed some unfamiliar names on wine lists alongside your usual chardonnays and pinot noirs — strange, hard-to-pronounce grapes from places where, until recently, many people didn’t even realize wine was made.

The trend has been around long enough that some of the names, like albariño from Spain or grüner veltliner from Austria, are considered old hat by serious wine enthusiasts.  Nowadays, the trendy names include juhfark, from Hungary; obaideh, from Lebanon; chasselas, from Switzerland; and saperavi, from the republic of Georgia.

Some of this newfound love for obscure grapes can be overbearing, a way for wine geeks to draw a line between those who drink pinot grigio — “book club wine,” I’ve heard it called — and the true connoisseur.  Still, whether they mean to or not, the snobs may be onto something.  In seeking out the rare and arcane, wine geekery may actually be leading us toward richer biodiversity and sustainability, and perhaps even a more enjoyable drinking experience.

Credit Alicia Adamerovich

For years, the global wine industry had been devolving toward a monoculture, with local grape varieties ripped out in favor of more immediately profitable, mass-market types.  There are 1,368 known wine grape varieties, but nearly 80% of the world’s wine is made from just 20 kinds of grapes.  Many of the rest face extinction.

Yet in small geographic pockets, winegrowers have stuck with their native varieties.  It’s probably not a surprise that the kind of winemakers who grow obscure grapes are often the same ones who are committed to organic farming, hand harvesting and natural winemaking techniques.

I spent some time recently in the Swiss Alps with a man named José Vouillamoz, a world-renowned geneticist and botanist.  He’s also a co-author of the encyclopedic tome Wine Grapes: A Complete Guide to 1,368 Vine Varieties, Including Their Origins and Flavors.  Needless to say, he knows a lot about a lot of grape varieties, but that day we were talking about Swiss wine.

Switzerland is hardly a wine powerhouse, and only 2% of its wines are exported.  Mr. Vouillamoz poured me what he called “one of the rarest wines in the world,” made from a grape called himbertscha, which he’d helped rescue from a forgotten vineyard high in the Alps.  Its two acres represent all that’s left of himbertscha vines, from which less than 800 bottles are made each year.

Himbertscha is one of the strangest white wines I have ever tasted — like a forest floor that’s been spritzed with lemon and Nutella. “Critics claim that obscure varieties like this will never be as good as Bordeaux or Burgundy,” Mr. Vouillamoz said.  But tastes change. “What about in 50 years? One hundred years?

My question was different: Why had grapes like himbertscha nearly disappeared in the first place?

People became ashamed of the old-time grapes, the grapes of grandpa,” Mr. Vouillamoz said.  “They began planting the so-called noble grapes, and they would disregard the rest,” — “Noble” is the historic designation for grapes like chardonnay, sauvignon blanc and pinot noir that made Bordeaux and Burgundy famous and are now grown everywhere from California to Australia to South Africa to China.

Wine has long been tied to power and money.  Mr. Vouillamoz poured a wine made from gouais blanc, a white grape that had been banned across Europe, by various royal decrees, since the Middle Ages.  Monarchs considered it a peasant grape that made bad wine — “gou,” in medieval French, was a term of derision.  Through DNA testing, though, gouais blanc was found to be the “mother” of around 80 modern varieties, including chardonnay (below).

Throughout the centuries, one monarchy after another decided which noble grapes were to be grown, and then they outlawed others. In the Holy Roman Empire, Frankish wines were favored over ones that were Heunisch (“from the Huns”), a pejorative describing anything from the eastern Slavic lands.

In 1395, the Duke of Burgundy banned gamay (“a very bad and disloyal variety”) and insisted that only pinot noir be planted.  For hundreds of years, the wines of the Habsburg Empire were counted among the world’s most important; once the empire fell, many of its wines were forgotten for almost a century.

Wine has always been intertwined with such geopolitics.  Why, for example, don’t more people know about the delicious and good-value wines of southwest France, made from such grapes as braucol from Gaillac, tannat from Madiran, or négrette from Fronton?

Well, back in the 13th and 14th centuries, the merchants of Bordeaux began to see the wines of southwest France as a threat to their economic interests.  So Bordeaux, wanting to keep its dominance over the wine trade with England, decreed that no wine could be traded out of Bordeaux until the majority of Bordelais wine had already been sold.  This dealt a crushing blow to the winemakers in southwest France, while keeping the Bordeaux wines, made from noble grapes like cabernet sauvignon, merlot and sauvignon blanc, on top.

When the winemakers in southwest France could no longer sell wine at premium prices, those areas settled into a provincial backwater.  Some of the growers ripped out their vineyards and replanted with noble grapes.  Others continued to work with local grapes and made low-cost, everyday “peasant” wine.  The rest of the world mostly forgot about braucol and négrette and tannat.  Because of Bordeaux’s power and influence, it’s taken more than 500 years for us wine geeks to rediscover the indigenous wines of southwest France.

Not everyone in the wine world thinks this revival of obscure grapes is a great thing.  A few years ago, the influential wine critic Robert Parker, who has made a career promoting noble grape varietals, scolded those of us who enthusiastically embrace such “godforsaken grapes” as “Euro-elitists.”  This was power speaking, the influential gatekeeper positioned just like the monarchs of old.

But Mr. Parker is on the wrong side of history.  Those blaufränkisches and rkatsitelis on your wine list aren’t going away.  Every new grape you’ve never tasted before offers the chance to experience a new flavor — not to mention the environmental benefits of a more diverse and sustainable industry.  In this increasingly globalized, homogenized world, that’s not just a matter of snobbery.

Mr. Wilson writes about wine and spirits.
Read also In the beginning was the grape by Jancis Robinson.
Addendum. While Western drinkers may look for new old varieties as observed by Messrs. Wilson and Vouillamoz and by Mrs. Robinson, Asian countries as below in Myanmar rely on old new French varieties and winemakers.

 

6ème CUVÉE SPÉCIALE ‘MTONVIN’ : CLÔTURE 14 JUILLET

 

DERNIÈRE MINUTE

La clôture de la réservation de la 6ème cuvée spéciale ‘Mtonvin’ est reculée
au 14 juillet pour permettre aux retardataires de saisir la super occasion
qui leur est proposée, le
Marquis de Saint-Estèphe 2016 déjà réservé à ce jour
par plus de 6 000 amateurs, et pouvoir atteindre l’objectif
sine qua non
de 8 000 bouteilles, quantité autorisant un prix exceptionnel, non révélé publiquement.

6ème CUVÉE SPÉCIALE: C’EST UN SAINT-ESTÈPHE 2016

2016 est un millésime-sommet, le consensus est général à Bordeaux et la demande est forte. Une cuvée spéciale ‘Mtonvin’ s’est donc vite imposée, et cette fois dans une appellation prestigieuse : nous avons identifié un Saint-Estèphe au meilleur rapport Q/P — principe et raison d’être de nos cuvées — de cette année exceptionnelle.

En janvier un groupe de cinq dégustateurs « qualifiés ‘Mtonvin' » est parti rayonner pendant trois jours sur les terroirs très divers de cette AOC un peu à part, la plus petite appellation du Médoc en surface (1 250 ha, 50 exploitations et 5 crus classés), où le merlot est plus présent que le cabernet-sauvignon, car il correspond mieux aux zones argileuses plus nombreuses ici que les graves. Nous avons goûté une bonne dizaine de vins en recherchant méthodiquement la pépite (*).

Nous avons eu du mal à la débusquer, mais nous l’avons trouvée: il s’agit du Marquis de Saint-Estèphe. On nous avait pourtant prévenu qu’il serait impossible de trouver un St-Estèphe 2016 à un prix raisonnable, même en réservant 8 000 b.

Le Marquis de Saint-Estèphe 2016 est leste, goûteux, charnu, déjà puissant. Sa générosité et son ampleur aromatique généreuse vont s’épanouir pendant une vingtaine d’années et plus, fidèle à son antienne « Noblesse oblige, noblesse demeure » !

La campagne s’est ouverte le 15 mai et sera close le w-e du 1er juillet, pour une livraison avant les fêtes de fin d’année, autour de la Toussaint.
Le démarrage a été immédiat, 1 500 b sont déjà retenues. Si vous souhaitez réserver, laissez un commentaire avec une adresse courriel.

(*) et notamment « Préface », 2ème de Château Tour de Termes, L’Argilus du Roi, plusieurs de la gamme de Château La Haye, le 2ème de Cos Labory, le 2ème de Domeyne, « Faget », ainsi que des vins commercialisés par La Passion des Terroirs (Lucien Lurton) comme Les Hauts de Pez.

MUSICA VINI ANNONCE SA 6ème ÉDITION

La 6ème édition du festival Musica Vini, le vin qui inspire la musique, aura lieu le samedi 8 septembre de 15h à 19h au château de Pescheseul à Avoise, au bord de la Sarthe, à 15 km de Sablé.

 

Programme: trois orchestres, trois vins, trois concerts-dégustations:
— Quartette jazz: Johann Lefèvre invite Eric le Lann, trompette, et Muscadet
— Duo baroque ‘Le Bigraphe’, Anne-Emmanuelle Davy, chant – Thibault Perriard, percussion, et Entre-Deux-Mers
— Quatuor ‘Offrandes’, musique contemporaine, et Saint-Émilion

Animation par les sœurs Fottorino
– Elsa, critique musicale, rédactrice en chef du magazine ‘Pianiste’, et
– Alexandra, œnologue, propriétaire du bar à vins ‘L’accord parfait’, Paris 15ème

Entractes: promenade guidée par la famille de Ponton d’Amécourt propriétaire de Pescheseul, autour du château, de la poterne et des douves médiévales, jusqu’au perron de style ‘troubadour’
Trompes de chasse ‘Les échos de la forêt’

Entrée – 20 €
Dîner à 20h – 12 € + vin

ACCÈS BILLETTERIE: mi-mai
PRÉSENTATION À LA PRESSE: 21 juin

RAPPEL: 5-12 mai festival de jazz de Meslay-du-Maine 02 4364 3745

GLOIRE AUX SYBARITES !

HERVÉ LALAU  |  Blog Les 5 du Vin  |  21/03/2018

Dans son acception moderne, un sybarite est « une personne qui recherche les plaisirs de la vie dans une atmosphère de luxe et de raffinement ». Et plus précisément, dans le domaine de la gastronomie, un amateur ou une amatrice de mets et de vins fins. Mais à l’origine, le mot désignait les habitants d’une cité de la Grande Grèce située sur la côte nord est de la Calabre actuelle : Sybaris.

Sybaris se trouvait à l’ouest du golfe de Tarente. Cette ville quelque peu mystérieuse, car il n’en reste que peu de traces, était réputée pour sa richesse, pour son étendue et pour sa forte population (deux fois celle d’Athènes, selon certains témoignages). Et pour son goût du luxe: bien plus tard, l’écrivain grec d’Égypte Athenaeus affirme que c’est à Sybaris qu’a été inventé le pot de chambre…  ainsi que le concept de propriété intellectuelle.

Un concept appliqué à un domaine bien précis: la cuisine. Preuve de l’importance de la gastronomie dans la vie de la cité, lorsqu’il inventait une nouvelle recette, tout cuisinier de Sybaris se voyait accorder une exclusivité d’un an pour l’exploiter, interdiction étant faite à ses collègues de la proposer dans leur établissement.

Sybaris se situait à l’ouest du golfe de Tarente

NATURAL WINE, A MAJOR MOVEMENT

From ELIN MCCOY | DECANTER Newsletter – March 9, 2018

Natural wine has arguably been the major movement of the 21st Century wine world, writes Elin McCoy, ahead of the Raw Wine Fair in London and after visiting the New York version of the show, reporting on how natural wine has become a ‘lifestyle choice’ for a new generation.

I had that thought in mind at New York’s second annual Raw Wine fair [November 2017], the global exposition of natural wines founded by French MW (‘Master of Wine’) Isabelle Legeron.
First off, the NY fair was squirreled away in a warehouse district in hipster Brooklyn, rather than in glitzy Manhattan. The producers’ tables were lined up in a reclaimed industrial space with a cavernous, artist’s loft appeal: high ceilings, rough brick walls, giant windows, exposed beams and concrete floors.

The unmistakable vibe of ‘We’re all rebel artisan producers here’ sent a warning and a promise: don’t expect polished or, heaven forbid, luxury bottles; this is the gritty, real stuff, made by real people from real grapes grown in real vineyards.

UNE REINE DES VINS DEVIENT MINISTRE

CHRISTOPHE REIBEL | VITISPHÈRE  07.03.18

Au sein du  nouveau gouvernement allemand annoncé pour le 19 mars prochain., l’ex-reine des vins d’Allemagne, Julia Klöckner, 46 ans, est partie pour être la nouvelle ministre de l’Agriculture.

Crédit photo : Wikimedia Commons

Le feu vert donné le 2 mars par le SPD à l’accord de coalition passé avec la CDU et la CSU offre le poste de ministre de l’Agriculture à Julia Klöckner, désignée par Angela Merkel. La profession viticole allemande a toutes les chances de trouver une oreille attentive chez cette fille de…  viticulteur !

Reine des vins et journaliste viticole

Julia Klöckner est élue reine des vins de Rhénanie-Palatinat en 1994 et obtient le titre de reine des vins d’Allemagne en 1995. Elle poursuit sa carrière comme journaliste aux revues « Weinwelt » (Le Monde du Vin) et rédactrice en chef de Sommelier Magazine.

Elle opte définitivement pour la politique en 2002 en obtenant son premier mandat de député. Parmi les dossiers chauds qui attendent la nouvelle ministre figure celui des produits phytosanitaires. Julia Klöckner a déjà annoncé qu’elle souhaitait en réduire l’usage grâce aux outils de précision et aux avancées d’une recherche qu’elle veut intensifier afin de proposer de nouvelles alternatives de lutte. La compétitivité de l’agriculture est une autre de ses priorités.

Le domaine viticole familial d’environ 25 ha dont est originaire Julia Klöckner à Guldental, près de Mayence, est dirigé depuis 1999 par son frère Stephan et son épouse Simone. Il revendique une histoire de plus de 400 ans avec des débuts dans la bouteille dans les années 60. Sa gamme d’une cinquantaine de vins comporte des rouges, des blancs, des rosés et des effervescents.

L’IVRESSE INTÉRIEURE

FRANCE 5 | 22.02.18

La Grande Librairie sur France 5 a été consacrée le 22 février à la vie intérieure, avec le psychiatre et psychothérapeute Christophe André qui exerce à Sainte-Anne et publie La vie intérieure. Avec le philosophe Robert Maggiori et Charlotte Casiraghi qui présentent Archipel des passions. Et le poète François Cheng qui livre Enfin le Royaume. François Busnel s’arrête un moment sur l’ivresse. Court extrait.

Christophe André — La vie intérieure, on peut dire que c’est tout ce flot d’émotions en nous, de ressenti corporel toujours présent même si on n’y prête pas forcément attention qui constituent l’essentiel de notre personnalité et même de notre humanité. La vie extérieure est certes passionnante mais un détour par la vie intérieure est nécessaire pour mieux diriger notre existence, avoir une meilleure conscience de nos valeurs, de nos émotions et de l’écart entre notre vie telle qu’elle est et ce vers quoi nous voulons la conduire : l’exploration de la vie intérieure est un moment de résistance au côté trépidant de la vie extérieure et aux pressions qu’elle exerce sur nous.

François Busnel — Christophe André, il y a dans votre livre une quarantaine d’exercices de méditation de pleine conscience selon votre expression, et des choix de passions, d’émotions comme la jalousie, la honte, etc. et cet éloge sur lequel je m’arrête, celui de l’ivresse, avec cette phrase admirable d’Antoine Blondin : « si quelque chose devait me manquer ce ne serait pas le vin, ce serait l’ivresse... »

Robert Maggiori — … les philosophes grecs le disaient déjà…

Christophe André — … ce que j’ai voulu montrer dans ce chapitre c’est que pour faire de la psychologie, de la philosophie tout comme de la poésie, on n’a pas à monter sur un piédestal et qu’au travers d’actes tout simples du quotidien comme boire un verre de vin, si on le fait d’une certaine manière avec une certaine qualité de présence, il se passe des choses passionnantes…

Ce que je dis au lecteur sur l’ivresse n’est pas un encouragement à boire plus que de raison, mais plutôt ceci : « prenez le verre de vin et gorgée après gorgée, observez ce qui se passe en vous, observez comment tout doucement ce vin modifie votre regard sur le monde, comment il vous rend peut-être plus bienveillant, plus fraternel, plus apaisé, regardez comment ce verre de vin fait que face à des problèmes qui vous préoccupaient énormément tout d’un coup vous arrivez à vous dire « OK, c’est la vie, tout va bien. »

Mais arrêtez-vous au premier verre… et demandez-vous comment reproduire ce qui est en train de vous arriver chimiquement, comment accéder autrement à des ivresses existentielles. » Je cite des romanciers, comme Maupassant qui se baladant sur les falaises normandes en regardant la mer, sent monter en lui une ivresse existentielle, sans avoir bu une goutte. C’est cela que j’encourage, la qualité de présence à chacun de nos gestes quotidiens, qui permet qu’il se passe des choses.

François Cheng — Dans la Chine ancienne tous les poètes buvaient, l’ivresse pour les Chinois est une forme de communion avec les éléments de la nature, on sort des contraintes sociales et on entre dans un état d’abandon, d’oubli de soi pour communier avec la nature.

MACRON CONTRE TOUT DURCISSEMENT DE LA LOI ÉVIN

LE POINT 24/02/2018  09:45 (Source AFP)

« Tant que je serai Président, il n’y aura pas d’amendement pour durcir la loi Évin » a assuré le chef de l’État, précisant qu’il boit du vin le midi et le soir.

© Dominique Faget

« Je crois beaucoup à la formule de Pompidou : n’emmerdez pas les Français ! », a-t-il indiqué à des journalistes de la presse régionale en marge d’une rencontre avec des agriculteurs.

« Il y a un fléau de santé publique quand la jeunesse se soûle à vitesse accélérée avec des alcools forts ou de la bière, mais ce n’est pas avec le vin », ajoute Emmanuel Macron qui  inaugure aujourd’hui le Salon de l’agriculture.

Voir http://www.mtonvin.net/2017/05/10/un-president-qui-sait-deguster-enfin/

LE SANCERRE ROUGE EN ASCENSION

Lors du Concours des LIGERS (Vins de Loire), le jury dont je faisais partie avait à noter des Chinon rosés 2017 (cabernet franc) et des Sancerre rouges 2016 (pinot noir).

Les Chinon rosés sont de mieux en mieux faits et les 2017 que nous avons goûtés se situent parmi les bons vins de Loire, caractérisés par leur jolie couleur, leur fruit discret et leur fraîcheur.
Retenez ceux du Domaine de la Haute Olive, du Logis de la Bouchardière tous deux de Serge et Bruno Sourdais à Cravant-les-Coteaux; et le Rose de saignée de Charles Pain à Panzoult : nous leur avons attribué à chacun une médaille d’or.

Les Sancerre rouges considérés il y a peu encore comme un peu exotiques ou de fantaisie, se sont considérablement améliorés et le millésime 2016 nous est apparu exceptionnel.
Le rouge n’occupe encore qu’environ 1/7 de la production de Sancerre (21 000 hl pour 143 000 hl de blanc en 2016), mais les surfaces s’étendent.
Ce qui nous a frappé c’est la puissance des 2016, leur belle robe assez foncée, leur équilibre et leur caractère assez aéré, leur générosité aromatique et tannique, leur tendresse et leur finale fine et souvent soyeuse. Voilà de vrais vins, bien constitués, amples, déjà ronds et d’une garde de 5 à 10 ans.

Nous avons pensé le plus grand bien des suivants :
Les Pierris de Roger Champault à Crézancy (médaille de bronze);
— les domaines Daniel Reverdy à Verdigny et La Gemière à Crézancy (argent);
— les deux présentés par Roger et Didier Raimbault à Verdigny, dont un de vieilles vignes, et le Tradition du Domaine Olivier Foucher à Sainte-Gemme (médailles d’or), ce dernier déjà Liger d’or en 2016.

Les trois jurés — un œnologue, un viticulteur de Saint-Nicolas-de-Bourgueil (Au Milieu des Vignes, lui-même médaillé Liger) et votre serviteur, ont été surpris autant qu’impressionnés par le niveau de qualité des seize échantillons proposés. Déjà présent dans la concert des sumptuous reds de Loire, le Sancerre rouge fait maintenant partie des sumptuous reds tout court.

Prix variables de 10 à 25 €.

Concours des Ligers, 4 février 2018, Salon des Vins de Loire, Angers.
Note sur 20, répartie entre robe (/3), nez (/6), bouche (/8) et harmonie (/3).

Next Page