RUCADA, VOUS VOUS SOUVENEZ ?

D’après MARIE LOUISE BANYOLS pour le blog LES 5 DU VIN

Ceux qui assistaient à MUSICA VINI le 10 septembre 2016, et qui ont pu déguster le vin conjugué au jazz manouche de la chanteuse Lucy Dixon au 3ème concert vont se souvenir de ce vin catalan. Le viticulteur DIEGO SOTO, qu’il en soit à nouveau remercié, avait traversé la France pour venir nous faire goûter son RUCADA.  Voilà in extenso l’article que lui consacre ce matin Marie-Louise Banyols.

RUCADA c’est le nom catalan du vin, qui veut dire ânerie en français et comme vous allez le voir, ça n’est pas neutre ! Il est originaire de l’Empordà (Costa Brava), plus précisément de Selva de Mar (ci-dessus). C’est un 2015 et il vient du MAS ESTELA.

mas estela

La bouteille m’a été offerte par mon ami, Didier Soto (Diego pour les intimes, ci-dessous) propriétaire du domaine et vieille connaissance, puisque, si ma mémoire est bonne, je crois que c’est un des premiers « cellers » que j’ai visité en arrivant en Espagne.

J’avais référencé ses vins, non pas à cause du paysage qui est à couper le souffle, ni à cause de la forte personnalité de Diego, mais tout simplement parce qu’ils m’avaient parlé. J’étais convaincue qu’à défaut d’être ce qu’on appelle « commerciaux », ils étaient dotés d’une forte identité, à côté de laquelle je ne pouvais ni ne devais passer.

Comme je le prévoyais, ils n’ont pas été faciles à vendre, mais les amateurs de vins de caractère étaient aux anges. Ils avaient compris que ces flacons ne pouvaient se boire dans leur jeunesse, il fallait avoir la patience de les attendre. Pour saisir le style des vins de Mas Estela, il faut savoir que cette propriété est située dans le Parc naturel du Cap Creus, à 3 km de la mer, là où les éléments se déchaînent !
 

Altitude, schiste, vents forts, soleil et mer profilent les vins : ils sont puissants, c’est comme ça, on ne peut pas changer leur caractère. Mais si on sait les attendre, on boit des bouteilles merveilleuses : le 2001 est à l’heure actuelle exceptionnel. Diego a compris la force de son terroir et il a toujours rêvé de ne faire qu’un seul vin, le Vinya Selva de Mar au départ, un seul qui à lui tout seul traduirait la beauté et la force de son environnement.

21

J’ai oublié de spécifier que tout son vignoble est travaillé en biodynamie, dont il est un fervent défenseur. Il a voulu transmettre à son fils Didac qui l’a rejoint, tout son ressenti face à cette nature dominante. La transmission n’est pas facile, la vision d’un vin unique de Diego n’a pas convaincu Didac. Alors est arrivé le Quindals, moins macéré, plus vite commercialisable.

Categories: Non classé |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[TOP]